Orleans’ Patron Prince of Social Causes: Interview with Prince Charles-Philippe d’Orleans

PRINCE CHARLES-PHILIPPE D’ORLEANS

22 Nov Orleans’ Patron Prince of Social Causes: Interview with Prince Charles-Philippe d’Orleans

prince-copy“Armed with indelible charm and an ardent philanthropic streak, Prince Charles-Philippe d’Orleans is no stranger to lending his voice, his passion and his influence to causes that deserve awareness. The Prince is well aware of his family’s name, the gravitas that it carries and it’s irrevocable place in history… but he is thoroughly focused on the future and what we, as a global community can do to brighten it for those around us. Beyond the title is a man who’s determined to leave a positive imprint on the world: a human being, who has set out to help other human beings and aims to encourage others to do so as well”

 

AM MAG: As part of the royal family, you were always immersed in different worlds. Would you say that art ranks among your top interests and hobbies?

P.C.: I think that we are surrounded by art, no matter what kind it is. Art is part of our lives and it is definitely essential to our lives. Without art, I believe that the world would be boring and that humankind would not be the same. While I’m not a huge art collector, I’m a huge art fan. If we look at art in a global sense, I think that art is important. It’s important to me, personally.

AM MAG: Do you believe that art goes hand in hand to support social causes?

P.C.: We pretty much see that a lot of artists have gotten involved in social causes. I am extremely involved in different international organizations because I believe that we have a duty to help others when we can and art is also very present within that. For example, there are artists who donate pieces in hopes that it’ll raise funds. They also use their art to transmit messages, take part in causes and talk about issues that may not be very well known. Art is essential, because it allows us to open our eyes. In Portugal, I am organizing an exhibition on the amazing French-Moroccan photographer, Leila Alaoui. She was killed during a terrorist attack, but during her life, she was somebody who used her art for the benefit for social activism. Her art talked about things like terrorism, injustice and religion. She had a strong message and even though she’s gone, the message is now even stronger than ever.

AM MAG: Touching on social causes and inspired by the Count of Paris, you’ve created the Saint Lazare Foundation. Can you elaborate a little on the main purpose of the foundation?

P.C.: The Order of Saint Lazarus is an international organization, we are represented in 22 countries around the world. We aim to support philanthropic causes with two main messages in mind: help those around us who cannot help themselves and support the dialogue between members of the Christian faith as well as members of all positive faiths and religions. We have charities in the countries where we are represented, from orphanages to women’s organizations and so on.

AM MAG: Within the Order of Saint Lazarus, what are some of the biggest challenges you’ve encountered so far?

P.C.: Everyday is a challenge! Not just within the Order, but even in our day to day lives. The fun of life is to have challenges and be able to move past them. It’s challenging to see to see so many people in need, so we aim to fight more, do more good and take action. We always ask ourselves, how how how? How are we going to raise funds or make things happen? But that’s part of the job and at the end of the day, it’s worth it if you’ve put a smile on a child’s face or you’ve found a way to bring drinkable water to 50 000 Somali refugees. There are so many people in need and there’s always another project to work on. The challenges are our motivation.

AM MAG: At this point and throughout your years working with The Order of Saint Lazarus, who would you say are your main supporters?

P.C.: It’s the people. Of course, we have the support and funds from large companies. That’s also very important and helpful but the most important supporters are the people. We have people from different worlds and social backgrounds. They may not have the money, but they want to help. We have and doctors lawyers who give their time and expertise. We have a baker in France who helps by baking loaves of bread for an orphanage. The support comes from people who use their resources. They use what they can to help however they can. Whether it’s our time, our money or our abilities, there is always something we can give.

AM MAG: Let’s talk a little bit about the “Bal de la Riviera.” How and why did it start? Who gave you your first encouragement?

P.C.: The “Bal de la Riveria” was started three years ago. To give you a bit of background, Estoril, during and after WWII was seen as a paradise. Portugal, being a neutral country became the place to be for the wealthy. The area became known for the glamorous life being lived around it. Over time, that dwindled and then I had the idea of bringing a little bit of glamour back to Estoril. I decided to invite the elegant and luxurious people back. The New York Times tells us that Portugal is a backwards country at the end of Europe. I wanted to offer a view of Portugal from another angle, because it’s an amazing country. That’s how the ball started and now our next edition is going to be held in Mexico. The ball is always put together with three objectives in mind: the first is to gather together fun, elegant and nice people. The second is to always surprise the guests and give them a different experience. The third is of course to raise funds for a good cause.

AM MAG: Now let’s take it back to art: would you consider yourself a fan of contemporary art or are you more partial to the masters or antiques?

P.C.: I have different sides of my personality and like music, I can go from rap to hard rock to Mozart. The same applies to art also. I can go from Joana Vasconcelos to the Italian masters. I just really love art in general, from paintings to sculptures to photography. The only thing I’m not partial to is the modern tendency to take blurry, unfocused photos of the sky and call it art.

AM MAG: Do you have any favourite artists? Who are the ones who really speak to you?

P.C.: This is going to sound very Portuguese but I love Joana Vasconcelos. I think she’s hugely talented. I think Van Gogh is amazing. I love Kandinsky. That’s a complicated question because like I mentioned before, I really love all kinds of art. I could name 20 artists that come to mind!

AM MAG: . Do you think that Monaco is a good place to hold an international artistic encounter?

P.C.: First of all, I love Monaco. It’s an amazing place and so much is happening there. I think that holding an art exhibition in Monaco is fantastic because the place is wonderful, the people are surprising and Monaco, will always be Monaco. It’s like that star in the sky and it will always be there.

AM MAG: Lastly, what message would you give to those with the means to help and support the world to become a better place?

P.C.: As someone who was formerly in the military, I’ve seen war zones from Yugoslavia to Chad to Afghanistan. In these places, I’ve seen princes have a miserable attitude but I’ve seen people in the misery have the attitude of a prince. I’ve seen the worst of humankind but I’ve also seen the best. You don’t need to be somebody to help, you just need to have the desire to help. You don’t need to be rich and you don’t need to be a prince. We’re all human, we all have hearts, so find the good part of it, get out there and help somebody who needs it.

Art Monaco Magazine.

 

Prince Charles-Philippe of Orlean and Prince Albert II of Monaco attend the Conference on the theme " The oceans an indispensable asset for the balance of the planete " at Sea Museum in Cascais, PORTUGAL“Armé d’un charme indélébile et d’une – bre philanthrope ardente, le Prince Char- les-Philippe d’Orléans a souvent prêté sa voix, sa passion et son in uence à des causes qui méritent d’être prises en compte. Le Prince est bien au courant du nom qu’il porte, du poids de porter ce nom, et de sa place irrévocable dans l’histoire. Toutefois, il préfère se con- centrer sur le futur et sur ce que nous, en tant que communauté, pouvons faire pour améliorer la vie des autres autour de nous. Par-dessus son titre, il y a un homme déterminé à laisser une marque positive sur ce monde : un être humain, qui souhaite aidé d’autres êtres humains et à encourager d’autres à faire de même.”

 

AM MAG: En tant que membre de la famille royale, vous avez été imprégné dans di érents mondes. Est-ce que vous diriez que l’art se place dans vos principaux intérêts et passe-temps

P.C.: Je pense que nous sommes entourés d’art, peu importe quel genre. L’art fait partie de nos vies et est dé nitivement essentiel dans nos vies. Sans l’art, je pense que ce monde serait bien ennuyeux et que l’humanité ne serait pas la même. Je ne suis pas un grand collectionneur d’art mais j’en suis un grand amateur. Si nous regardons l’art dans un ensemble global, je pense que l’art est important. C’est important pour moi, personnellement.

AM MAG: Est-ce que vous pensez que l’art se marrie bien avec le support de causes sociales?

P.C.: Nous voyons beaucoup d’artistes qui se sont impliqués dans des causes sociales. Je suis très impliqué dans di érentes organisations internationales car je pense que nous avons un devoir d’aider son prochain quand nous le pouvons et l’art est omniprésent dans ce domaine. Par exemple, il y a des artistes qui font des dons d’œuvres d’art dans l’espoir de lever des fonds. Ils utilisent également leur art pour transmette un message, pour prendre part dans des causes sociales ou parler de problèmes qui ne sont pas nécessairement connus. L’art est essen- tiel, car il nous permet d’ouvrir les yeux. Au Portugal, j’organise une exposition à propos de la fantastique photographe Frenco-Marocaine, Leila Aloui. Elle a été tuée au cours d’une attaque terroriste, mais durant sa vie, elle était quelqu’un qui utilisait son art au béné ce de causes sociales. Son art parle de choses telles que le terrorisme, l’injustice et la religion. Elle avait un message très puissant et bien qu’elle ne soit plus des nôtres, son message est plus puissant que jamais.

AM MAG: Touchant les causes sociales et inspiré du Conte de Paris, vous avez créé la fondation Saint-Lazare. Pouvez-vous élaborer un peu plus sur le but de cette fondation?

P.C.: L’Ordre de Saint-Lazare est une organisation Internationale; nous sommes représentés dans 22 di érents pays à travers le monde. Nous avons pour but de supporter les causes philanthropes avec deux messages principaux : Aider ceux autour de nous qui ne peuvent s’aider eux-mêmes, et supporter le dialogue entre les membres de foi Chrétienne, ainsi que de toutes fois positives, et les religions. IL y a plusieurs œuvres caritatives à travers le monde où nous sommes représentés : Des orphelinats, auberges pour femme et bien d’autres.

AM MAG: De par l’Ordre de Saint-Lazare, quels sont quelques des plus gros dé s que vous avez eu à date.

P.C.: Chaque jour est un dé ! Non pas seulement avec l’Ordre, mais même dans nos vies de tous les jours. La partie amusante de la vie est d’avoir des dé s et d’être capable de les surpasser. C’est di cile de voir autant de personnes dans le besoin, alors nous aspirons à nous battre encore plus fort, de faire en- core plus de bien et vraiment agir. Nous nous demandons tout le temps : Com- ment, comment, comment ? Comment allons-nous faire pour amasser les fonds nécessaires ou pour faire en sorte que les choses se développent. Mais cela fait partie de notre travail et à la n de la journée, ça vaut le coup si vous avez permis à un enfant de sourire ou si vous avez trouvé le moyen d’o rir de l’eau potable à 50000 réfugiés somaliens. Il y a tellement de monde dans le besoin et il y a toujours un nouveau projet sur lequel travailler. Ces dé s sont notre motivation.

AM MAG: Aujourd’hui et à travers vos années à travailler avec l’Ordre de Saint-Lazare, qui diriez-vous sont vos plus grand supporters?

P.C.: Les gens. Bien sûr nous recevons le support moral et nancier de grosses compagnies. C’est très important d’avoir ce support, mais le meilleur support vient des gens. Nous avons des gens tels que des médecins et avocats qui donnent leur temps et leur expertise. Nous avons un pâtissier en France qui nous aide en cuisinant des miches de pains pour les orphelinats. Le support qui vient des personnes qui utilisent leurs propres ressources. Ils utilisent ce qu’ils peuvent pour aider comme ils peuvent. Que ce soit notre temps, argent ou capacités, il y a toujours quelque chose à o rir.

AM MAG: Parlons un peu du « Bal de la Riviera ». Comment et pourquoi est-ce que ça a débuté? Qui vous a donné votre premier encouragement?

P.C.: Le « Bal de la Riviera » a commencé il y a trois ans. Pour vous donner un peu de contexte, Estoril, Durant et après la seconde Guerre Mondiale, était vue comme un paradis. Le Portugal, étant un pays neutre est devenu l’endroit où être pour les gens huppés. L’endroit est devenu connu pour la vie pleine de charme qu’elle o rait. Au l du temps, son charme disparu et c’est là que j’ai eu l’idée de ramener un peu de charme à Estoril. J’ai décidé d’inviter la population de luxe et d’élégance dans cette région. Le New York Times nous dit que le Portugal est un pays en retard au bout de l’Europe. Je voulais o rir une vision du Portugal d’un autre point de vue, car il s’agit d’un pays fantas- tique. C’est ainsi que le bal a commencé et que notre prochaine édition sera tenue au Mexique. Le bal est toujours assemblé avec trois objectifs à L’esprit : premièrement de rassembler de personnes gentilles, élégantes et amusantes. Deuxièmement, de toujours surprendre les invités et de leur o rir une expé- rience di érente. Troisièmement, de lever des fonds pour une bonne cause.

AM MAG: Revenons-en à l’art maintenant: Vous considérez-vous comme un amateur d’art contemporain ou êtes-vous plutôt encrés sur les maîtres de l’art et les antiquités?

P.C.: Il y a plusieurs aspects de ma personnalité et comme la musique, je peux passer du rap au rock à Mozart. La même chose pour l’art. Je peux passer de Joana Vasconcelos aux maîtres Italiens. J’aime beaucoup l’art en général, des peintures aux sculptures à la photographie. La seule sur laquelle je sèche, c’est la tendance moderne de prendre des photos non-centrées, oues du ciel et appeler ça de l’art.

AM MAG: Avez-vous des artistes favoris? Qui sont les artistes qui vous parlent le plus?

P.C.: Cela va parraître très Portuguais de ma part, mais j’aime beaucoup Joanna Vasconcelos. Je pense qu’elle est excessivement talentueuse. Je pense que Van Gogh est brillant. J’aime Kandinsky. C’est une question di cile car comme je disais, j’aime toutes les forms d’art. Je pourrais nommer au moins 20 artistes qui me viennent à l’esprit.

AM MAG: Est-ce que vous pensé que Monaco est un bon endroit pour y tenir un rassemblement artistique?

P.C.: Premièrement, j’adore Monaco. C’est un endroit magni que et il s’y passe tellement de choses. Je pense que tenir une exposition à Monaco est fantas- tique car l’endroit est splendide, les gens sont surprenants et Monaco, sera toujours Monaco. C’est comme une étoile dans le ciel qui sera toujours là.

AM MAG: Pour conclure, quel message voudriez-vous passer à ceux qui ont les moyens d’aider à rendre le monde meilleur?

P.C.: En tant qu’ancien militaire, j’ai vu des zones de guerre de la Yougoslavie, au Chad à l’Afghanistan. Dans ces endroits, j’ai vu des Princes avec des attitudes misérables et j’ai vu des gens dans la plus grande misère avec la même attitude. J’ai vu le pire de l’humanité mais j’ai aussi vu le meilleur. Vous n’avez pas besoin d’être quelqu’un pour aider, vous devez juste avoir l’envie. Vous n’avez pas be- soin d’être riche et vous n’avez pas besoin d’être un Prince. Nous sommes tous humains, nous avons tous un cœur, alors trouvez y le bon et foncez. Allez aider quelqu’un qui en a besoin.

 

Art Monaco Magazine.
No Comments

Post A Comment